Douze ans, Sept mois et onze jours – Lorris Murail

Une histoire qui nous semble tiré par les cheveux, mais qui vas tout nous dévoilé par la suite


douze-ans-sept-mois-et-onze-jours-9782266253543_0

Type de lecture : Lecture V.F

Maison d’édition : Pocket Jeunesse

Nombre de pages : 304 pages

Prix : 13.90 €


Synopsis : 

Une cabane perdue dans les forêts du Maine. C’est là que Walden est abandonné par son père. À partir de maintenant, le garçon va devoir se débrouiller pour survivre dans les bois. Avec pour seule richesse quelques boîtes de conserve, un livre de Thoreau et une carabine. À la fin de chaque journée, Walden note son âge sur une écorce de rondin. Douze ans, sept mois et quatre jours, au moment où commence son apprentissage pour le moins étrange…

Mon avis : 

C’est l’histoire de Jack Stepheson dans un premier temps il nous raconte une petite partie de sa vie, pas grand chose mais cette va s’avéré importante par la suite, ont va nous parlé de son amour pour sa voiture, de son fils, de sa femme, des soucis qu’il peut avoir. Ensuite nous rencontrons Walden qui est un jeune garçon simple à première vue et qui contrairement à son père (Jack) n’aime pas beaucoup le baseball. Son va père vas l’amené dans les bois où il va le laissé « pour qu’il devienne un homme ». Pendant les premiers chapitres ont ce dit que Jack est complément fou mais par la ont ce concentre sur l’histoire du jeune Walden, ses dures journée qu’il va devoir affronter tout seul. Ont en apprend évidemment plus sur lui avec son intérêt pour tout ce qui est intellectuel, également sur Jack avec son obsession pour la sécurité et pour que son fils devienne un homme, mais aussi sur la maman de Walden qui est partie suite à des soucis dans la famille. Après ces longs jours passé dans les bois où Walden vis beaucoup trop de choses pour un enfant de son âge notamment certaines rencontres. Le fameux dernier jour, le jour de ses 12 ans, 7 mois, 11 jours il se passe quelque chose d’énorme c’est vraiment pour moi l’intrigue du livre, c’est la surprise total. Ont abandonne ensuite la partie du fils pour repassé à la partie du père et la coup en plus, et ont est une nouvelle fois surpris comme jamais.

En commençant ce livre je ne pensais pas que l’histoire prendrait un tournant comme celui qu’elle prend, et c’est vraiment ce que j’ai trouvé de génial. Savoir seulement à la toute fin ce qui à poussé nos personnages à ce comporté ainsi et à faire certaines choses.

Pour ceux que sa intéresse : L’auteur étant fan de Stephen King lui fait référence avec le nom du personnage du père Stepheson = le fils de Stephen

NOTE : 3.5/5

Bonne lecture mes petits chats pas de bilan de février il sera regroupé avec mars vu que c’était un petit mois  

NOTE :

Publicités

3 réflexions sur “Douze ans, Sept mois et onze jours – Lorris Murail

  1. Pingback: Bilan du mois de Février/Mars | Les livres d'une vie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s